June 23, 2016

new moon. new start.

L'année dernière, un peu par hasard, je me suis mise à suivre iLibra sur Twitter. Mon signe astrologique est la balance. Je n'ai jamais été du genre à croire aux horoscopes. Je les lis comme tout le monde dans le journal Métro ou les magazines juste histoire de me distraire. En général, la moitié me fait énormément rire car c'est souvent des choses du type "la lune en gémeaux, descendante avec la planète Mars, vous permettra de voir les choses d'un nouvel oeil". En gros, c'est toujours assez vague et ça ne veut rien dire je trouve pourtant je continue à les lire car ça me fait bien rire.

Ce que j'aime avec iLibra c'est que vous avez non seulement l'horoscope mais également des détails sur la personnalité des balances. Après avoir lu, liké et retweeté une trentaine de tweets, j'ai fini par pousser le bouton "follow". Je vous donne quelques exemples :

Libra are good at giving you a whole lot of sarcasm. 
Les sarcasmes sont ma marque de fabrique.
.
Libra are very forgiving person and don't stay mad for too long. 
J'ai besoin de broyer du noir de mon côté pendant quelques heures mais une fois que c'est fait, c'est oublié je vous aimerai de nouveau comme si de rien n'était.
.
Libra essentially do not want you to know what they're thinking and feeling. 
Je garde mes émotions pour moi seule. Un sourire constant sur le visage, vous ne pourrez presque jamais vous doutez qu'au fond je suis triste car je préfère vivre l'instant présent et refouler mes problèmes quand je suis avec les autres.


Je me suis retrouvée dans près de 95% de leurs tweets. Flippant et marrant à la fois. Je vous conseillerai de jeter un oeil sur votre signe afin de vérifier si c'est également juste pour vous.

Récemment Nylon Magazine publiait un article sur la nouvelle lune du 4 juin. Et à nouveau je m'y suis vraiment retrouvée "les premiers jours de juin ont été un peu frénétique, comme si vous étiez coincé entre soit être optimiste, pessimiste ou juste vous cachez jusqu'à ce que la tempête passe" ou encore "le dernier mois, on nous a demandé ou plutôt forcé à faire le bon choix face à des problèmes personnels, morales ou éthiques". Tout ça me parle. Et en pleine période de remise en question, je dois vous avouer que même si à la base je ne crois pas en l'astrologie, j'y fais étrangement un peu plus attention. Quand on ne sait pas de quoi l'avenir sera fait, toute forme de guidance est la bienvenue.

Croyez-vous en l'astrologie? Quel est votre signe? 
A M A N D I N E


June 20, 2016

my vinyl collection

.
Avant de partir du Canada, je me suis donnée comme mission de repartir avec une collection de vinyles. Je me suis dit qu'ici ils seront sans doute plus chers et les artistes que j'aime plus compliqués à trouver. Du coup je me suis faite plaisir... 
.
.
Arctic Monkeys - Whatever People Say I Am, That's What I'm Not
Avenged Sevenfold - City Of Evil 
Craft Spells - Idle Labor
Crystal Castles - II 
CSS - La Liberacion
Day Wave - Headcase
Halsey - Badlands
Saturday Night Fever Soundtrack
Washed Out - Paracoism
Wild Nothing - Geminin
Wild Nothing - Life of A Pause
The XX - Coexist

Quel serait le parfait album pour compléter ma collection selon vous?
.
A M A N D I N E


June 16, 2016

stay patient and trust your journey

A 18 ans, on s’attend à ce que vous aillez une idée fixe de votre futur, de ce que vous voulez faire dans la vie. Complètement perdue j’avais décidée de faire un test de placement afin d’être aiguillée dans mes choix. Celui-ci vous proposait des questions du type « seriez-vous intéressé dans l’idée d’être médecin ? Très intéressé, intéressé, moyennement intéressé, peu intéressé, pas intéressé ». De manière générale être médecin ne me dérangeait pas du tout, c’était les longues années d’étude qui m’emballaient moins alors j’ai choisi « moyennement intéressée » et au final c’est ce que j’ai choisi pour la plupart des professions que le test me proposait. Etrangement la conclusion de ce test disait que je devrais me diriger vers une carrière dans le journalisme ou la communication. J’ai toujours aimé écrire, alors je me suis dit « pourquoi pas » et j’ai fini par m’inscrire en Information & Communication à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Certains d’entre vous ne le savent surement pas mais j’ai raté mon année. J’ai passé une merveilleuse année à Louvain mais l’université n’était définitivement pas quelque chose pour moi, j’étais loin d’être assidue, alors j’ai tenté la même chose en haute école et ça m’a plutôt bien réussi. Après 3 années, je me suis retrouvée avec un diplôme de bachelier en communication à la main.
C’est bien beau d’avoir un diplôme en poche mais que faire avec par après ? J’ai décidé de partir 3 mois aux Etats-Unis afin de me concentrer sur mon anglais (la meilleure décision de ma vie). A mon retour, j’ai tenté de trouver un job dans la comm’ sans succès. J’avais eu de super stages dans le milieu de la musique mais malheureusement ce milieu est assez restreint donc je suis restée plusieurs mois au chômage. Comme mes candidatures dans ma branche ne payaient pas, j’ai élargi mon horizon et j’ai fini par trouver un job de vendeuse chez Bershka. J’y suis restée un mois et ensuite je les ai quittés pour travailler presque deux ans chez Vans. Au début je me suis dit que c’était le job rêvé. Je glissais un orteil dans le monde de la mode en travaillant comme vendeuse et qui plus est pour une marque super cool comme Vans. Je dois avouer que les avantages sur les vêtements et les chaussures m’ont longtemps convaincu dans mon bonheur. Puis je me suis ennuyée. Il faut dire que je n’avais pas étudié pour être vendeuse. Ne vous méprenez pas je n’ai rien contre les vendeurs, au contraire je n’ai que du respect pour cette profession mais ce n’est juste pas quelque chose pour moi à long terme. Ajoutez à ça le fait qu’il n’y avait pas de possibilité d’évolution donc j’ai fini par craquer, j’ai fait mon sac et je suis partie au Canada.

Au Canada, j’ai intégré un programme qui proposait 6 mois de cours et 6 mois d’expérience professionnelle. Lors de ce visa, j’ai travaillé à mi-temps le soir en tant que serveuse lors des mariages que j’organisai en journée. En juin 2015, je signais mon vrai premier contrat dans un bureau pour le call center d’un site de vente en ligne. En novembre de la même année, je passais à un autre contrat et cette fois-ci pour une boîte qui s’occupe de licencier les établissements publics au Canada pour l’utilisation de la musique enregistrée. Mais malgré le fait que je frôlais à nouveau le milieu de la musique, ce n’était pas encore ça. Et lorsque l’option de partir s’est présentée, je dois avouer que mon job ne m’a pas vraiment retenu plus que ça.

Aujourd’hui, je suis de retour en Belgique, je vis chez ma mère, j’ai 26 ans et je n’ai toujours pas défini ce que je voulais faire de ma vie. Ou est-ce que je m’imagine dans 5 ans ? Pas la moindre idée. Une amie m’a dit récemment : « A 18 ans, on est perdu mais on se dit que d’ici nos 25 ans tout sera stabiliser. Alors qu’à 25 ans, on est toujours perdu mais cette fois-ci on a décidé de l’accepter et on continue d’avancer ». Et je trouve qu’elle n’a pas tort. Ces derniers temps j’ai lu pas mal d’articles sur la crise des 25 ans, l’effet « Fear of the Moment », la Génération Y sous pression et toujours dans la crainte de l’échec… J’ai également regardé le film « TheLifeguard » avec Kirsten Bell où à l’approche de ses 30 ans, elle décide de lâcher sa vie de journaliste à New York et rentre chez ses parents afin de se poser. Elle reprend son job étudiant de sauveteur à la piscine d’une résidence, un job simple mais qui lui permet de penser à autre chose. Ce qui m’a plu avec ce film c’est qu’on ne vous donne pas une réponse toute faite sur un plateau d’argent mais plutôt un souffle d’optimisme. On ne sait pas ce qu’il advient de son personnage mais j’ai envie de croire qu’elle s’en sort et finalement trouve sa voie.
.
.
Je ne sais pas combien de temps je resterai en Belgique, si j’y trouverai un travail, si je vais encore partir à l’aventure dans un autre pays, si je vais avoir un nouveau chez-moi, si je vais rencontrer quelqu’un, si je vais trouver ma voie dans un/deux/neuf mois mais je ne vais pas m’arrêter de chercher. Et en attendant je vais me construire de beaux souvenirs :) 
A M A N D I N E